Non classé

9/09 Le Poulpe à la barre

Lundi 9/0919h – Prud’homie de Pêche – 180/182 Quai du Port // Concours d’éloquence « le poulpe ou la pieuvre » sous la présidence de Rudy Ricciotti. 

Mets apprécié des cuisines méditerranéennes depuis l’Antiquité, cet innocent mollusque n’a pas toujours représenté la figure d’un pouvoir occulte démesuré. Il semble bien que ce soit une confusion taxinomique avec un autre céphalopode, l’Architeuthis, ou calmar géant, qui lui confère dans le récit des marins son aspect monstrueux. 

Pour Participer au concours d’éloquence, inscrivez-vous ici 

La pieuvre qui allégorise et diabolise tout groupe de pression jugé abusif et occulte, motivé par une libido dominandi envahissante n’est pas une espèce en voie de disparition. Qu’importe qu’elle pointe les bouts de ses tentacules dans un dessin, une affiche ou des mots, elle assume dans tous les cas une charge analogique et critique (pas toujours caricaturale) rapidement comprise par les récepteurs. Le céphaloctopode a quitté son milieu marin pour prospérer dans les eaux troubles de la vie humaine. 

L’image de la pieuvre géante est une figure de fantaisie, proche du dragon ou de la licorne. Elle évoque une force menaçante dissimulée au fond des mers, sans pour autant être liée à un contenu métaphorique déterminé. A la fin du XIXe siècle, on la voit associée à la franc-maçonnerie, première manifestation d’un lien entre cette figure et un pouvoir occulte. 

Les tentacules permettent d’ajouter l’idée de ramifications multiples, tandis que le corps mou du céphalopode illustre celle d’un pouvoir sans visage.

Au début du XXe siècle, l’essor de la communication commerciale et politique emprunte à l’univers de la caricature la force de la simplification métaphorique. Dans ce contexte, la figure de la pieuvre devient une redoutable arme visuelle. 

Nous convoquerons donc ce 9 septembre l’éloquence, les beaux esprits bavards professionnels ou amateurs éclairés, les tribuns en tout genre a venir offrir a cet animal fécond de fantasmes et de symbolique un bel hommage sans restriction où les thèmes les plus variés pourront être débattus, argumentés… envolée lyrique recommandée ! 

— Marseille Capitale Mondiale du poulpe et de la pieuvre.

L’architecte du Mucem et président d’honneur du MOW, Rudy Ricciotti, est juge du concours 

Avocats et procureurs :

  • RUDY RICCIOTTI — Architecte et ingénieur, Rudy Ricciotti est représentatif de cette génération d’architectes qui allient puissance de création et véritable culture constructive
  • JULIEN BLAINE — Il a été l’un des créateurs de la poésie action et a participé à la vie de la poésie performance en France comme à l’étranger. Lire la revue de Poésie : Do(c)Ks.
  • BERNARD MUNTANER — Diplômé des Beaux-Arts et agrégé d’arts plastiques commissaire d’exposition, éditeur.
  • MATHIEU POITEVIN — Architecte.
  • STEPHAN MUNTANER — Graphiste, illustrateur, plasticien. Affichiste, réalisateur…
  • YVES GERBAL  — Enseignant, journaliste, écrivain, marcheur. Poète.
  • JO CORBEAU— Musicien reggae  figure à Marseille. Grand supporter de l’OM
  • BOUGA  — Chanteur de rap français originaire de Marseille. Il est connu pour sa chanson Belsunce Breakdown
  • MOURAD MAHDJOUBI Il est aujourd’hui avocat. Avant de défendre la cause de ses clients, il rappait.il fut un véritable acteur de la scène Hip Hop marseillaise. Dans une plaidoirie, il y a de l’éloquence...
  • LAURE ARNOLD — Consultante en stratégie de marque.
  • FABIEN Rugi — Poissonnier restaurateurs et poète
  • SQUAALY — Spécialiste de rien et curieux de tout, journaliste et dj Radio nova
  • EDOUARD PAGES — Représentant du Tribunal de prud’homie de pêche de Marseille
  • pourquoi pas vous ? 

Diffusé en direct et en podcast sur Radio Doum-Doum. 

La soirée se poursuivra autour d’un verre et d’une assiette spéciale au Restaurant l’Inclassable et nous commenterons les débats du jour… rejoignez-nous !

Soyez sobre et économe avec le poulpe. Il mérite notre courtoisie et attention. Servez-vous peu, même très peu ! Le gaspillage ne sera pas accepté. Le poulpe est l’ami du diable, il faudra s’en souvenir.

Rudy Riciotti